Tir d’efficacité réussi pour nos nouveaux artilleurs

Tir d’efficacité réussi pour nos nouveaux artilleurs

Par le capitaine Nicholas Kaempffer

L’École du Régiment royal de l’Artillerie canadienne (ERRAC) est fière d’annoncer l’obtention des diplômes du dernier cours de la période de perfectionnement 1 d’artilleur le 7 juin 2017. Maintenant membres des rangs sacrés de l’Artillerie royale canadienne (ARC), ces artilleurs font maintenant partie d’une équipe qui fournira une puissance de feu ciblée en temps opportun à l’Armée canadienne. Durant une instruction éprouvante de six semaines, ces artilleurs ont appris à utiliser l’obusier  tracté M777 C1 de 155 mm, avec une instruction de garnison confirmée lors d’un exercice dynamique à munitions réelles comprenant des missions à tirs multiples, des engagements antichar et une bataille de protection de la force. Les diplômés seront basés à l’ERRAC et au 4e Régiment d’artillerie (Appui général) [4 Regt (AG)], ici, à la base de Gagetown.

Parmi les vingt diplômés de cette instruction, l’artilleur Tyrone Polson-Kakekayash de Notre-Dame-du-Nord (Qc) est impatient de son affectation au 4 Regt (AG), alors qu’il commence une carrière exigeante d’artilleur. Lui-même et son camarade de cours, l’artilleur Michael Futter de Prince George (C.-B.), rayonnaient de fierté lors de la cérémonie de remise des insignes, durant laquelle ils ont échangé leur insigne de coiffure commun aux trois armées contre celui de l’ARC, conscients du caractère sérieux de ce moment lorsqu’ils se sont joints à la famille régimentaire. L’artilleur Francisco Galinat-Audet de Montréal (Qc) a reçu la distinction de meilleur candidat, car il a continuellement fait preuve de compétences, d’aptitudes physiques et de capacités remarquables qui lui ont permis de se démarquer de ses pairs. Lorsqu’on lui a demandé son avis sur le cours, l’artilleur Galinat-Audet a répondu qu’il s’était beaucoup amusé et qu’il avait surtout aimé se faire de très bons amis de tout le Canada. Depuis tout petit, il rêve de pouvoir faire partie des Forces armées canadiennes, et il est excité à l’idée de servir son pays en tant qu’artilleur qualifié.

De nombreux instructeurs ont travaillé de nombreuses heures pour former avec diligence ces candidats afin qu’ils atteignent les normes les plus élevées, tout cela sous l’œil vigilant du programmateur de cours, l’adjudant Michael Waterfield. « Former des artilleurs, c’est comme fabriquer de l’acier », explique l’adjudant Waterfield. « On prend un soldat ayant suivi un entraînement de base, et on y ajoute juste le bon mélange d’instruction, d’entraînement physique et d’agression ciblée, que l’on met en pratique ensuite par l’entremise d’un entraînement réaliste. On obtient alors un artilleur très résilient capable de servir jour et nuit et qui intervient lors d’une demande de tir essentielle ». Avec six cours à son actif en tant que programmateur de cours, l’adjudant Waterfield est fier de son équipe qui continue d’aspirer à l’excellence exigée par les Rois de la bataille.

La cérémonie de remise des diplômes de ces artilleurs est toujours un moment important pour les amis et la famille qui viennent de tout le Canada pour ressentir la fierté et l’apparat d’une cérémonie militaire. Le lieutenant-colonel Vincent Giroux et l’adjudant-chef François Vidal, commandant et sergent-major régimentaire de l’ERRAC, souhaitent bonne chance aux nouveaux artilleurs du Canada.

Légende de la photo 1 : Les artilleurs McLandress et Gottschall hausse le tube d’un obusier  tracté M777 C1 pour une mission à tir vertical. Source : Artilleur Galiana-Audet

Légende de la photo 2 : Les membres du détachement de pièce 45C se préparent à tirer sur une menace blindée avec l’obusier  tracté  M777 C1 pendant leur exercice d’entraînement au tir à munitions réelles. Source : Artilleur Galiana-Audet

Légende de la photo 3 : Les membres du cours de la période de perfectionnement 1 posent pour une photo de cours à la fin de leur exercice de confirmation. Source : Bombardier Généreux