Bonne fête de la Sainte Barbe

Le Colonel commandant, l’Artilleur principal en service, le Directeur de l’artillerie, le Colonel régimentaire et le SMR ARC souhaite à tous les membres du Régiment royal et de la famille régimentaire ainsi que tous les amis du régiment, une bonne fête de la Sainte Barbe.

~

Sainte Barbe est la patronne du Régiment royal de l’Artillerie canadienne. Les formations, unités et sous-unités d’artillerie peuvent célébrer la fête de la Sainte-Barbe, le 4 décembre, en organisant des messes militaires, des compétitions sportives, des soirées ouvertes aux invités, des cocktails, des journées d’accueil et autres. À cette occasion, le Colonel commandant, au nom du Régiment royal, offre des salutations royales à notre Capitaine-général.

Selon la légende, Sainte Barbe était la fille unique d’un noble riche, mais païen, du nom de Dioscore qui habitait près de Nicomédie en Asie mineure. Comme elle était d’une beauté exceptionnelle, son père, craignant qu’on la demande en mariage et lui enlève, l’enferma jalousement dans une tour pour la protéger du monde extérieur.

Peu avant son départ pour un long périple, Dioscore ordonna la construction dans la tour d’une somptueuse salle de bain dont il approuva les plans. Barbara avait entendu parler des enseignements du Christ et, durant l’absence de son père, elle passait beaucoup de temps en contemplation. Des fenêtres de la tour, elle observait le paysage et s’émerveillait devant la nature : les arbres, les animaux et les êtres humains. Elle détermina que tous ces bienfaits faisaient partie du plan de Dieu et que les idoles du bois et de la pierre que ses parents adoraient devaient être rejetées.

Barbe en vint à accepter la foi chrétienne. Comme sa croyance s’affermissait, elle exigea que les constructeurs modifient le concept de la salle de bain envisagée par son père en y ajoutant une troisième fenêtre de manière que les trois ouvertures symbolisent la Sainte Trinité. Elle fit aussi tracer une croix dans la baignoire en marbre. À son retour, son père fut pris d’une rage folle à l’idée qu’elle lui avait désobéie. Quand il apprit la signification des trois fenêtres, il dégaina son épée dans l’intention de tuer sa fille. Sainte Barbara se mit à genoux pour prier et par miracle, elle se retrouva transportée sur une colline. C’est là qu’un berger la trouva et la dénonça à Dioscore. On l’amena de force devant Marcien, préfet de la province, qui décréta qu’elle devait être torturée et décapitée. Dioscore exécuta lui-même la sentence de mort. Alors qu’il s’en retournait chez lui, il fut frappé par la foudre et consumé entièrement.

La vie et la mort de Sainte Barbe remonteraient aux années 300 apr. J.C. On vénère cette sainte dès le VIIe siècle. Le lieu désigné de son martyre est Héliopolis, en Égypte, et Nicomédie, en Asie mineure. L’année varie de 235 à 303 ans apr. J.C. La légende de la foudre qui a frappé son persécuteur lui a valu d’être perçue comme la sainte patronne des personnes en proie aux orages, à la foudre, au feu et à la mort subite.

Lorsque le monde occidental a découvert la poudre noire, on a commencé à prier Sainte Barbe pour se protéger contre les accidents découlant des explosions. Comme il arrivait souvent que les premières pièces d’artillerie explosent plutôt que de lancer leur projectile, Sainte Barbe est devenue la patronne des artilleurs. Elle est aussi la patronne des ingénieurs militaires, des armuriers, des canonniers, des mineurs et des pompiers.

~

Ubique